Dimanche.

, par  michel , popularité : 54%

Ce matin, contrairement aux prévisions, la pluie est revenue fine et dense...
Après un petit déjeuner chaotique, entrecoupé de pannes électriques qui privent certains de café, nous repartons au fil de l’Adour. Nous remontons le fleuve par les petites routes qui serpentent entre les exploitations maraichères ou fruitières : beaucoup de nos kiwis sont produits ici...
La route nous mène vers un lieu atypique.
- Le musée privé du Gave et de l’Adour renferme toute l’histoire et les secrets de la batellerie et de la pêche professionnelle à Port-de-Lanne et dans le Bas Adour. Albert Lataillade a passé son enfance à écouter les récits des marins et pêcheurs qui « relâchaient » dans l’Auberge-épicerie (qui héberge maintenant le musée) tenue par sa mère à Port-de-Lanne. Pendant de nombreuses années, il a rassemblé minutieusement un trésor de barques, filets, photos, autres objets et documents anciens ...
Son fils Maurice nous a fait découvrir l’histoire vivante de nos rivières, celle des « galupés » de l’Adour et des inscrits maritimes de la région dont il garde fidèlement la mémoire dans son musée.
Nous reprenons ensuite notre chemin vers l’auberge d’Ugne commune de Saubrigues où nous sommes attendus pour le repas.
En milieu d’après-midi, de nombreux équipages quittent le groupe pour le retour. D’autres poursuivent vers le maraix d’Orx qui est la dernière grande zone humide protégée du littoral Aquitain. Asséché sous Napoléon III à des fins agricoles, cet ancien polder ceinturé de canaux, constitue aujourd’hui, après une remise en eau, une halte privilégiée pour les oiseaux migrateurs qui y trouvent repos et nourriture.
<span class="caps">JPEG</span> - 88.8 ko

Navigation

AgendaTous les événements

décembre 2017 :

Rien pour ce mois

novembre 2017 | janvier 2018